la mère suffisamment bonne.

De nombreux pédiatres, psychanalystes, éducateurs… se sont penchés sur la question de la relation mère/enfant mais Donald Woods WINNICOTT a ma préférence…

Pour vous le présenter en quelques mots (sans rentrer dans les détails de ses travaux) WINNICOTT (1887- 1971) était un pédiatre et est devenu par la suite psychanalyste pour enfants. Il s’est beaucoup inspiré des travaux de Mélanie Klein mais est allé bien plus loin dans l’apport de l’environnement primaire (relations précoces mère/bébé). Nous lui devons entre autres le concept « d’objet transitionnel » dont vous avez forcément entendu parler. Le fameux « doudou » de vos enfants !

Ce que j’aimerais aborder aujourd’hui c’est son concept de « mère suffisamment bonne » ( « good enough mother »). Et oui, la mère parfaite n’existe pas et c’est tant mieux !

L’idée globale (et simplifiée !) de la mère suffisamment bonne c’est qu’elle ne doit ni l’être trop, ni pas assez. Ce que j’aime dans cette théorie de WINNICOTT c’est qu’il n’y a pas d’idéalisation. Une mère n’a pas le devoir d’être exceptionnelle et pourtant, lorsqu’on parle aujourd’hui du “métier” de parent, on imagine qu’il existe des compétences parentales à connaître et peut-être même des experts dans le domaine (les fameux experts en parentalité). Je vous avais déjà donné mon avis sur ce sujet dans mon article sur la définition de la mère parfaite et je ne souhaite pas rentrer dans le débat des différentes “méthodes éducatives” car je reste persuadée que chaque mère reste la meilleure spécialiste de son enfant. Évidemment il est parfois rassurant d’aller chercher des conseils ou des avis ailleurs mais chaque mère reste la meilleure experte pour son bébé.

Pour en revenir à ce concept de “Good enough mother”, nul besoin de vous expliquer pourquoi une mère qui ne serait pas assez bonne est dangereuse et angoissante pour l’enfant… mais alors pourquoi une trop bonne mère n’est pas une bonne mère?

Selon WINNICOTT une trop bonne mère serait, par exemple, une mère qui anticiperait les besoins de son enfant (lui donner à manger avant qu’il ne puisse ressentir la sensation de faim par exemple). En agissant de la sorte, la trop bonne mère empêche son enfant de ressentir des sensations (la faim, le froid par exemple), des affects (la tristesse, la colère…) ou encore d’éprouver du désir. La vie est aussi faite d’embûches, de déceptions et d’échecs, d’envies et de frustrations et en étant une mère suffisamment bonne vous préparez votre bébé à devenir un adulte qui sera capable de faire face aux difficultés de la vie sans être anéantis à chaque étape difficile.

Alors plus de raison de culpabiliser si vous vous êtes mal organisée et que bébé pleure pendant que vous vous dépêchez de préparer son repas, si vous avez oublié de couper la grosse étiquette qui gratte sur son body (pourquoi il y a toujours de grosses étiquettes partout ?!), si vous avez trop couvert (ou pas suffisamment) votre enfant avant de sortir, ou si un soir où vous étiez un peu fatiguée vous avez manquée de patience avec l’aîné… Pas de panique, si vous faites ce genre de choses c’est que vous êtes une mère suffisamment bonne. Et ça c’est une bonne nouvelle !  Apprendre à son enfant à ressentir et gérer la frustration est primordial et indispensable pour sa construction.

Vous faites de votre mieux, il y a parfois des ratés et c’est tant mieux ! Continuez à être une mère suffisamment bonne c’est bon pour tout le monde et surtout pour votre enfant ! Chères mères suffisamment bonnes, bon courage et surtout ne changez rien vous êtes « parfaites » 😉 !

Si vous souhaitez approfondir le sujet je vous invite à écouter l’émission “Une vie, une œuvre » de Martin Quenehen sur France culture “ Donald D. WINNICOTT”.

https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/donald-w-winnicott )

Ou encore (toujours sur France Culture), l’émission d’Adèle Van Reeth et Philippe Petit, “Les chemins de la philosophie”, “Winnicott le psychanalyste pour tous”.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/winnicott-le-psychanalyste-pour-tous )

A bientôt,

Anne-Sophie.

Bibliographie

La mère suffisamment bonne, D. Winnicott, Petite Bibliothèque Payot, 2008

La famille suffisamment bonne, D. Winnicott, Payot, 2010

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s