Le syndrome du nid vide.

Vous avez passé de nombreuses années à les protéger, les éduquer, vous inquiéter, les gérer… votre vie s’est adaptée et organisée autour de vos enfants et voilà qu’un jour ils quittent le domicile familial et décident de voler de leurs propres ailes. Le départ des enfants chamboule inévitablement le quotidien des parents. Les lessives sont moins nombreuses, la maison rangée et calme, le frigo moins rempli. Notre progéniture nous oblige à mobiliser beaucoup d’énergie et de temps, alors quand ils ne sont plus là, immanquablement, la maison semble bien vide…

Si certains parents acceptent plutôt bien la situation et réussissent à adopter rapidement une nouvelle façon de vivre, pour d’autres, retrouver autant de temps libre, se retrouver face à soi-même et en tête à tête avec son conjoint devient alors source d’angoisse et de tristesse. Pour ces derniers, accepter de lâcher prise est bien plus compliqué et ce processus naturel de laisser vivre les enfants devenus (ou devenant) adultes est une véritable épreuve.

Les signes.

Dans nos sociétés contemporaines, les enfants sont au centre de la famille. Quand la mère, le père, et même le couple se sont oubliés dans la parentalité, le départ des enfants provoque alors un immense vide, un sentiment d’inutilité et d’ennui. Nous savons tous que nos enfants doivent un jour voler de leurs propres ailes et les voir partir peut rendre un peu nostalgique c’est tout à fait normal. En revanche, les parents souffrant du syndrome du nid vide sont ravagés, et ce de manière pathologique. Ce sont souvent des personnes qui se sont trop sacrifiées (par exemple dans les familles monoparentales) mettant leur vie entre parenthèses et qui ont un fort besoin de reconnaissance à combler. Ils élèvent leurs enfants en attendant quelque chose en retour et les place dans la dette.

Anticiper.

Pour grandir, un enfant a besoin de racines mais il lui faudra aussi des ailes pour prendre son envol et construire sa propre vie. Il faut donc avoir conscience très tôt que le but de l’éducation est l’autonomisation et que nos enfants ne sont pas là pour donner un sens à notre vie. En effet, nos enfants ne nous appartiennent pas et notre mission est de les aider à grandir, se construire, pour qu’ils puissent réussir à vivre un jour loin de nous, sans nous.

Anticiper leur départ c’est non seulement avoir conscience que nos enfants ne sont pas un prolongement de nous même mais c’est aussi savoir maintenir, quand ils sont encore à la maison, une vie en dehors d’eux. Il faut pouvoir garder une vie affective épanouie, ne pas négliger sa vie professionnelle si c’est quelque chose qui nous tient à cœur et il faut aussi essayer de garder des activités personnelles. Un jour les enfants ne rempliront plus le quotidien et si les parents mettent leur vie en veilleuse ils risquent de se retrouver brutalement seuls avec un grand sentiment d’abandon.

Il faut aussi avoir conscience que la relation parents/enfants ne prend pas fin quand les enfants quittent le nid. Certes les choses seront différentes, mais la relation, même si elle est différente, sera tout aussi enrichissante, à condition de l’entretenir et d’accepter qu’elle a changé.

La culpabilité des enfants.

Dans ce genre de situations, les enfants souffrent aussi. Ils se sentent souvent coupables de partir. Sans en avoir conscience, certains parents vont accentuer cette culpabilité avec des petites phrases du type: « C’est dur de te savoir loin de moi », « Tu m’abandonnes », « Je me sens seul(e) », « je m’inquiète, donne moi plus de nouvelles »…

Rester positif.

Comme tous les deuils, dire adieu à cette relation particulière de dépendance qu’ont les enfants envers leurs parents est forcément un peu difficile. Il est normal d’être un peu triste et nostalgique. Le quotidien change énormément sans enfant à la maison et il serait dommage de ne pas profiter de cette nouvelle liberté ! Plus de repas à préparer en fonction des goûts de chacun, plus de rendez-vous à prendre à leur place, plus de trajet à effectuer pour les différentes activités, plus de planning compliqué à gérer en fonction de chacun… Du temps, beaucoup plus de temps, pour vous, rien que pour vous. Il serait dommage de ne pas profiter de cette période pour vous occuper de vous-même. Et puis le départ des enfants n’est pas seulement une perte car vous gagnez une nouvelle relation avec vos enfants devenus adultes qui est tout aussi belle et enrichissante que celle avec un enfant plus petit et encore dépendant. Une nouvelle ère s’ouvre à vous et votre rôle de parent évolue.

Toutes les périodes de la parentalité sont belles et intéressantes. Ce n’est pas parce que les enfants quittent le nid que le rôle de parent se termine. Si votre enfant a quitté le domicile familial, vous pouvez vous sentir fiers de l’éducation qui vous lui avez donné et du travail accompli. C’est aussi grâce à vous qu’il est devenu indépendant !  Et puis n’hésitez pas à vous donner de nouveaux défis et à faire des projets. La vie peut aussi être très belle, même quand les enfants ont quitté le nid.

A bientôt,

Anne-Sophie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s