L’acquisition de la continence et la méthode du bon sens.

La rentrée scolaire approchant, les parents des nouveaux écoliers qui entreront demain pour la première fois à l’école ont découvert une nouvelle pression parentale: rendre leur enfant continent. Heureusement, ils ont probablement reçu les conseils avisés des anciens et trouvé des livres, articles, magazines ou même des méthodes clé en main pour que leur enfant devienne « propre » en une semaine.

Ces dernières années, je reçois de plus en plus de parents complètement perdus pour éduquer leurs enfants. Stressés par leur performance de parents comme ils pourraient l’être pour leur vie professionnelle, ils ont de moins en moins confiance en leurs compétences et doutent beaucoup. Ces familles que je reçois ont souvent lu (sûrement trop ! ) des livres sur le développement de l’enfant et chaque sujet concernant l’éducation de leur progéniture fait l’objet d’un sujet de recherche approfondie. 

Le problème est que ces nombreuses sources d’information parfois contradictoires, même si elles sont parfois justes et intéressantes, apportent aussi beaucoup de confusion si nous n’avons pas de connaissance sur le sujet et une rigueur de recherche qui nous permet de faire le tri. Je le dis et continuerai à le dire : quand on touche à l’humain il est difficile (impossible ? ) de faire des théories prêtes à l’emploi. Nous sommes tous différents, nous avons tous des gènes et des histoires différentes et nous réagirons donc tous de différentes manières face aux mêmes stimuli. Même d’un point de vue médical cela est visible. En effet, le même virus ne donnera par exemple pas les mêmes symptômes d’une personne à l’autre.

Dans cet article je ne vais donc pas vous expliquer comment savoir si votre enfant est prêt à contrôler ses sphincters ou vous démontrer les signes qui prouvent qu’il a envie d’aller sur le pot. Vous pouvez trouver toutes ces informations un peu partout et ce n’est pas de la psychologie, donc pas mon domaine de compétence. Non, mon cheval de bataille c’est la cause des parents, la psychologie de la parentalité. Et ce que je juge primordial c’est que les parents puissent se faire confiance et comprennent qu’ils sont souvent les meilleurs experts de tous les experts de LEUR(S) enfant(s).

Même s’il est toujours intéressant de s’inspirer des spécialistes et de se documenter, n’oubliez jamais de prendre en compte vos valeurs, votre situation sociale, le tempérament de votre enfant,  les changements récents dans sa vie (déménagement, arrivée d’un nouvel enfant dans la famille, changement de mode de garde…) … avant de décider d’intervenir. Remettre du bon sens c’est selon moi tout simplement laisser les parents être les experts de leur(s) enfant(s) et les laisser décider de ce qu’ils considèrent être bon pour leur famille. Pour cela, je vous propose une liste non exhaustive de questions qui peuvent vous aider dans vos moments de doute à trouver VOTRE réponse à VOS questions (et valable pour plein d’autres sujets autre que celui de la continence !) :

  • Est-ce que la méthode suggérée correspond à mes valeurs ? 
  • Est-elle adaptée à mon enfant (son tempérament, son niveau de développement…) ?
  • Cette méthode est-elle adaptée à mon niveau et/ou style de vie, à mes valeurs ? 
  • Quelle est l’expérience ou la formation de la personne qui donne son avis ?
  • Pourquoi est-ce important pour moi en tant que parent que mon enfant réussisse cette étape ? Quelles sont mes craintes, mes peurs, mes doutes ? Tout cela est-il fondé ?

Être parent c’est se questionner, douter, se remettre en question, se tromper et s’adapter. Être parent, ça ne s’apprend pas dans les livres ou lors de conférences. S’inspirer des informations auxquelles vous avez accès, c’est riche, stimulant, rassurant et étayant mais ça ne remplacera jamais votre rôle de parent. Faites confiance à votre propre jugement et à la connaissance que vous avez de votre enfant avant tout. C’est une question de bon sens.

Alors oui, vous pouvez acheter des couches-culottes d’apprentissage pour faire la transition des couches aux culottes. Vous pouvez même acheter des culottes d’apprentissage pour encore plus de transition. Vous pouvez acheter un pot à l’effigie de son personnage préféré, avec tablette intégrée (je vous jure ça existe !) ou volant en plastique pour le motiver à rester assis sur son trône. Vous pouvez acheter une méthode éducative pour qu’il soit propre plus rapidement ou un réducteur pour qu’il puisse faire “comme les grands”. Oui, vous pouvez et ça marchera peut-être. Il est même très probable que ça fonctionne à un moment ou un autre mais ça aura fonctionné parce que votre enfant à des parents investis qui l’aiment et s’intéressent à lui, à son développement, à son psychisme, à sa santé et à son bien-être. Bref, si vous ne devez investir que dans une seule chose pour l’apprentissage de la continence (ou de n’importe quelle chose concernant l’éducation) ce serait en vous chers parents… Vous êtes indispensable et vous êtes des experts qui s’ignorent.

A bientôt,

Anne-Sophie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s